BYOD: beaucoup de bruit pour rien?

Anthony DEAL 0
BYOD: beaucoup de bruit pour rien?

Dans un cadre informel, un client d’une DSI m’a demandé récemment ce que je pensais du sujet.

Ayant lu un certain nombre d’articles sur le sujet, je me suis permis de lui demander s’il avait une clé USB sur lui. Il me répond oui. Je lui ai ensuite demandé si elle appartenait à l’entreprise ou si c’était la sienne. Il me répond que celle-ci lui appartient. Je lui demande ensuite si cette clé contient des documents professionnels. Il me répond oui. A ce stade, on peut en déduire que je connais bien ce client car un prospect m’aurait sans doute déjà congédié. Je poursuis et lui demande si il amène donc cette clé sur son lieu professionnel et que par conséquent il échange des documents avec son ordinateur professionnel. Comme il s’impatiente (ce qui est normal puisque c’est un client), je lui annonce avec fierté qu’il est un « early adopter » des technologies BYOD mais que malheureusement il se pourrait que cela n’aille pas beaucoup plus loin…

Qu’est- ce que le BYOD?

Le « Bring your own device » (apportez vos propres terminaux) est une pratique qui consiste à utiliser ses équipements personnels (téléphone, ordinateur portable, tablette électronique) dans un contexte professionnel.

Le phénomène BYOD permettrait ainsi aux entreprises de réaliser des économies notamment sur le coût d’achat des terminaux mobiles et sur l’entretien et la gestion des appareils. Une pratique qui est donc fortement au goût des Directions Financières de plus en plus impliquées dans les choix IT, moins de celui des DSI pour le moment…Un autre objectif, moins quantifiable, vise à accroître la productivité des collaborateurs.

Quelques chiffres

Les avis des analystes sur le sujet sont assez variés. C’est assez pratique de ce point de vue puisqu’on peut affirmer dans un article que ça va exploser, attendre quelques mois, et affirmer que les entreprises sont très réticentes pour la mise en œuvre de cette pratique dans l’article suivant. Dans les faits, celle-ci existe déjà puisque l’on utilise volontiers son terminal mobile dans un cadre professionnel. Le BYOD, tel que conçu outre-atlantique, va cependant beaucoup plus loin et c’est là que ça coince.

Pour Gartner, 90% des compagnies devraient permettre l’utilisation d’applications d’entreprises dès 2014. Plus mesuré un sondage Ovum révèle qu’aux Etats-Unis, 46,1% des personnes interrogées pensent que leur société ne permettra pas aux collaborateurs d’utiliser des terminaux personnels au sein du Système d’Information. Plus de 80% des responsables informatiques pensent qu’une entreprise avec une politique de Bring Your Own Device (BYOD) bénéficie d’un avantage concurrentiel, selon une étude commanditée par BT.

Cela ne reflète à mon avis pas la frilosité des DSI françaises sur la généralisation de cette pratique. Ainsi une autre étude, de Cisco cette fois-ci, révèle que seulement « 50 % des salariés français utilisent leurs périphériques mobiles personnels sur leur lieu de travail. » Cela se traduit par 42% de smartphones et 38% des ordinateurs portables personnels utilisés dans le cadre professionnel.

atelier-byod


Une approche hybride: phase transitoire?

Selon une étude indépendante de Vanson Bourne, les entreprises françaises privilégient l’approche « Corporate Owned Personally Enabled ». Celle-ci permet aux employés de choisir un appareil mobile fourni et géré par l’entreprise, mais utilisé à la fois à des fins personnelles et professionnelles.
Ailleurs, des stratégies hybrides sont également mises en place avec un smartphone perso accepté sur le SI mais aux côtés d’appareils fournis par la société. 42% des responsables américains interrogés par l’étude ont en effet mis en place cette stratégie.

Et après?

Les entreprises doivent se positionner face aux risques engendrés par le BYOD. Quelque soit l’approche, la question de la sécurisation des terminaux demeure le sujet central: 65% des entreprises françaises ont mis en place des outils de verrouillage à distance en cas de vol ou de perte du terminal. Côté utilisateurs, les attentes sont simples: bénéficier de solutions informatiques performantes et conviviales quelques soient les orientations prises par leur DSI.

Si le BYOD présente un énorme avantage pour l’entreprise à savoir une implication accrue des collaborateurs et une baisse du coût de possession des terminaux, il apparaît que les problématiques de sécurité et de confidentialité de données prennent pour le moment le pas sur une adoption massive de cette pratique…et sans doute de façon définitive.

Leave A Response »